Yoga et équilibre

Conférence - St Martin - jeudi 17 avril 1997

Je vous invite à comparer la vie à une corde raide sur laquelle nous avançons jour après jour, et où chaque pas a son importance, ou chaque pas est témoin de notre équilibre.

En prenant du recul et en observant notre passé, nous voyons très bien les moments de notre vie où il y a eu " perte d'équilibre", où nous avons trébuché, où nous avons eu la désagréable sensation d'avoir "perdu pieds" et ceux où nous avons résisté, "tenu bon", où nous avons ressenti un équilibre à toute épreuve, une invulnérabilité, une intégrité, une rectitude inébranlable.

En observant ces instants, nous pouvons comprendre pourquoi et comment nous sommes parfois "tombés de cette corde", quels efforts nous avons dû accomplir pour y reprendre place, pour retrouver notre équilibre.

Nous pouvons aussi constater que nous avons eu parfois l'impression de résister à des sensations de marche arrière, d'être freiné dans notre élan.Nous  savons que l'équilibre demande une présence totale, une foi inébranlable, une détermination à aller de l'avant et nous pouvons nous poser les questions : 

Quel est notre véritable choix?

Quelle est notre aspiration profonde?

Nous pouvons aussi nous demander si nos déséquilibres ne sont pas les témoins de nos égarements, de nos peurs, de nos attachements, d'un manque de foi et d'intégrité envers nous-mêmes.

Quels repères avons-nous pouvant nous prévenir d'un déséquilibre qui s'installe. Souvent notre vigilance est défaillante, les attaques subtiles et sournoises. Nous nous croyons préservés dans une stabilité bien installée et nous nous retrouvons brutalement à terre sans avoir rien vu venir.

Trop tard...l'équilibre est d'une fragilité extrême.Il demande un travail de chaque instant, une vigilance sans faille,  une intégrité absolue.

Dans le yoga, comme dans toutes les disciplines, comme dans tous les actes de notre vie, nous sommes confrontés à cette recherche incessante d'équilibre.

La pratique du yoga permet cet état d’équilibre physique, mental, émotionnel, grâce à la conscience intériorisée dans les postures. En élargissant cette conscience à l'infini, chacun étant libre de choisir ses orientations, ses directions, de définir ses objectifs, d'atteindre son but.

Dans un premier temps qui demande une grande humilité, cette conscience corporelle nous guide vers une vision intérieure, une intimité avec cette vérité exprimée par le corps. Le corps physique devient miroir, révélateur de notre être.

Nous observons des tensions, un mal-être, une rigidité, des douleurs, des crispations. Nous nous sentons tirés vers le bas, ou inexistant dans la partie droite ou penché vers l'avant. La respiration  bloquée, l'espace derrière envahissant, l'espace devant fermé...

Cette intériorité dans le corps physique nous met face à nos déséquilibres, face à nos doutes, nos failles, nos peurs, nos souffrances, face à nos comportements, face à notre ignorance, face à nos attachements, à nos croyances, face à nous-mêmes, face à notre présent.

C'est un grand pas sur cette corde car grâce à cette observation sans concession nous choisissons de ne plus  chuter, d’avancer pas à pas en pleine conscience. Nous  pouvons alors diriger, gouverner notre propre marche.

Grâce à l'instrument qu'est le corps physique, avec une pratique régulière et adaptée du yoga, commence alors un travail  qui va nous permettre de rétablir l'équilibre en nous et donc aussi autour de nous.

Ce travail n'est complet et efficace que si nous faisons le lien entre les sensations de déséquilibre de notre corps et notre vécu, en observant nos actes, nos pensées, nos paroles, si nous allons jusqu'à la reconnaissance de ce qu'exprime le corps. Quel signaux nous donne-t-il, que veut-il  nous dire, qu'exprime-t-il dans ses douleurs, ses malaises, ses contractions, ses souffrances, ses blessures, ses pathologies, ses allergies...si nous devenons plus conscients de ce qui s'exprime à travers ce corps physique, des douleurs que nous lui infligeons, si nous comprenons ce qu'il nous demande de transformer.

Qu'est-ce-qui nous perturbe? C'est un travail de décodage qui demande une compréhension du corps physique dans son intégralité.

Nous pourrions élargir cette réflexion en considérant que nos déséquilibres s'insèrent au centre de l'univers et que notre équilibre contribue à l'équilibre universel. Au-delà d'un confort, d'un bien-être personnel, chacun peut prendre une part de responsabilité dans cette dimension universelle.

Ce travail d'observation, dans ce laboratoire intérieur qu'est le corps, va aussi nous permettre de regarder nos chutes, de les reconnaitre  comme des expériences inhérentes à notre condition humaine, de les accepter comme faisant partie d’un apprentissage, chaque perte d'équilibre contribuant à nous donner une conscience aigue de chacun de nos pas.

Chaque déséquilibre nous permettant d'être face aux questions : de quoi ai-je peur?quel mal-être y a-t-il dans ma vie? Qu'est ce que je n'accepte pas? Qu'est ce que je dois comprendre? Qu'est ce qui me fait souffrir? À quoi suis-je attaché?

Chaque déséquilibre faisant partie de l'évolution, chaque déséquilibre étant une porte ouverte vers une nouvelle compréhension.

Il y a aussi les équilibres factices, les paradis artificiels, les pièges tendus par le mental, les illusions minutieusement fabriqués par l'égo. Il faut être dans la  vigilance, l’intégrité, l’humilité

pour ne pas sombrer dans l’orgueil spirituel qui est le plus grand danger de cette voie.

Nous avons tous en mémoire des instants où nous avons ressenti un équilibre parfait, une harmonie totale, une plénitude, une joie profonde, un état de grâce, des instants qui laissent dans nos coeurs une sensation de paix, de liberté. Ils sont nos repères, ils sont la note juste à laquelle nous devons constamment nous accorder.

Ces instants d'équilibre parfait témoignent de la réalité, de notre puissance, de notre force intérieure. Sachons les reconnaître, les apprécier, les aimer.

Reconnaissons en eux l'équilibre universel et avançons sur cette corde de la vie avec souplesse, confiance, en toute sérénité à la rencontre de cet équilibre source d'amour, de joie, de paix, de liberté, cette réalité à laquelle nous aspirons tous.

 

Les postures d’équilibre

L’arbre, l’aigle, la danse, le joueur de flûte : ces postures équilibrent le squelette,  renforcent les chevilles, genoux, bassin, tonifient les muscles du bas du corps, fortifient le système nerveux.

Elles enracinent, permettent l’ alignement et le centrage

Elles stimulent l’endurance, la résistance, la stabilité, la  patience, l’intégrité, la détermination, la rectitude

Elles équilibrent le physique, le mental et l’émotionnel